Des cahiers et des crayons pour la rentrée; Martine Ouellet appuie les organismes locaux

29 août 2017 - Texte et photo bureau de la députée Martine Ouellet - (MG)

Matériel scolaire, un besoin essentiel pour les enfants - La rentrée scolaire est arrivée et il est grand temps de remplir le Sac d’école de nos enfants de cahiers, de feuilles lignées et de crayons.

Entourant Martine Ouellet, Sophie Desgroseillers et Rosaire Flamand du Club Optimiste de Saint-Hubert
Entourant Martine Ouellet, Sophie Desgroseillers et Rosaire Flamand du Club Optimiste de Saint-Hubert

Une famille québécoise de deux enfants dépense en moyenne 350$ en matériel lors de la rentrée scolaire; un véritable casse-tête financier pour de nombreux parents. La députée à Saint-Hubert, Mme Martine Ouellet, appuie financièrement les organismes locaux qui fournissent des bons d’achat pour des fournitures scolaires. «Il ne faut pas se mettre la tête dans le sable; le matériel scolaire est essentiel pour la réussite académique des enfants», a déclaré la députée.

Matériel scolaire gratuit  

Par ailleurs, Mme Ouellet a proposé en décembre 2014 de fournir le matériel scolaire gratuitement aux enfants fréquentant l’école primaire et secondaire dans le système public. «C’est une mesure de soutien qui donnerait de l’oxygène aux familles. Aucun parent ne devrait vivre l’angoisse d’envoyer leurs enfants pour le premier jour de classes sans la totalité du matériel requis. La rentrée scolaire doit être synonyme de nouveaux défis stimulants et accessibles pour les enfants» a ajouté la députée.

Pour un bon départ

La Société Saint-Vincent de Paul, le Club Optimiste de Saint-Hubert et L’Entraide aux Familles de Saint-Hubert offrent des bons d’achat échangeable contre des articles scolaires chez les magasins participants. Les «bons Bonne Mine» distribué par la Saint-Vincent de Paul et Action dignité et les bons "Sac d’école" du Club Optimiste de Saint-Hubert permettent à plus de 120 familles de compléter les listes d’effets scolaires de leurs enfants. La distribution de bons est totalement anonyme, seuls les directeurs des établissements scolaires connaissent le nom des enfants qui reçoivent le service. «Tous les enfants doivent avoir droit aux mêmes chances, sans discrimination. C’est la base de s’assurer que tous les enfants aient les outils nécessaires à leur apprentissage», a conclu la députée.

Source :

Patrick Ney, attaché de presse

450 676-5086

Propulsé par 7Dfx